Un Québécois apprend l’arabe

Les réactions à « Oui, j’apprends l’arabe » peuvent généralement se classer en trois grandes catégories :

L’étonnement : « Mon Dieu, ce doit être difficile! Pourquoi fais-tu ça? »;
Le défi : « Ah oui? Dis-moi quelque chose en arabe! »;
L’admiration : « Oh, c’est tellement une bonne idée, tu dois être doué en langues! ».

Ce qui semble recouper ces trois réponses est l’idée que d’apprendre l’arabe est particulièrement difficile. Il y a fort à parier que les réactions suscitées par « J’apprends une autre langue latine » seraient différentes. À la base de cette idée semblent être à tout le moins deux opinions fort répandues : certaines particularités de l’arabe en font une langue plus difficile à apprendre que les autres; et il diffère grandement du français. En tant qu’arabophone en formation, j’ai pu former d’humbles premières impressions sur les raisons motivant ces deux opinions desquelles nous devons supposément conclure qu’apprendre l’arabe est difficile. Sans prétendre à trop de sérieux, voici quelques remarques d’un francophone du Québec sur l’arabe.

Raison 1 : « L’arabe n’est pas vraiment une langue mais un ensemble de dialectes très différents les uns des autres. »

Il convient ici de rappeler cette blague supposément populaire dans les départements de linguistique : une langue est un dialecte avec une marine et une aviation. En bref, la distinction langue/dialecte n’est que politique; elle n’éclaire en rien. Cependant, il est vrai que l’arabe parlé dans les pays arabes diffère significativement. Aussi, ce que la plupart des écoles nord-américaines enseignent est appelé ‘Arabe Standard Moderne’ (ASM). Selon la totalité de mes connaissances parlant arabe, l’ASM n’est pas vraiment utilisé dans aucun pays arabe, sinon pour des communications officielles, et encore. C’est ce qui explique ce pourquoi il n’est pas anormal d’avoir des Égyptiens, Libanais et Marocains dans votre cours d’arabe à Montréal, par exemple (ils apprennent étrangement plus rapidement que tous les autres).
Cela complique l’apprentissage, oui, mais le rend aussi plus intéressant. Par exemple, en Égypte, ‘Comment ça va?’ se dit « ازَّيّك »(izzayyak-ik?); alors qu’au Levant, c’est plutôt « كيفك؟ » (kiifak-ik?); et qu’en ASM, nous apprenons « كيْف الحالك؟ » (kayfa al-Haalouka-ki?).

Raison 2 : « L’arabe se lit de droite à gauche, c’est beaucoup trop mélangeant! »

En fait, pour lire, on s’y habitue facilement. Ce qui est mélangeant, c’est plutôt d’utiliser le français et l’arabe dans un même livre, par exemple, dans un manuel d’école. Je dois avouer, cependant, qu’après un an, j’ouvre encore mes livres d’arabe à l’envers une fois sur deux. C’est un peu comme être un piéton en Grande-Bretagne, mais sans danger de mort.

Raison 3 : « L’arabe est une langue sémitique contrairement au français. »

Une langue sémitique est, grosso modo, une langue où la majorité des mots sont composés de groupes de trois consonnes et plus, le plus souvent provenant de verbes, et à partir desquels sont formés des noms, adjectifs, adverbes et locutions du même champ sémantique. L’exemple ASM classique est « كتب » (kataba), qui veut dire ‘il a écrit’. Avec cette racine, on peut former les mots « الكتاب » (al-kitaab) ‘le livre’; « الكاتِب » (al-kaatib) ‘l’écrivain’, « أكْتب » (aktoub) ‘il écrit’; etc. Jusque-là, pas trop de problèmes pour le néophyte francophone; en fait, cela favorise grandement l’apprentissage, puisqu’il existe certains trucs pour obtenir un nom, adjectif, adverbe, verbe ou autre à partir d’une racine donnée. Cependant

Raison 4 : « Oui, mais les voyelles d’une langue sémitique ne sont pas écrites! »

Vrai, cela complique la lecture. Il faut souvent déjà posséder un vocabulaire et une grammaire assez développé pour lire correctement une phrase, car il faut deviner les voyelles. Mais cela est moins difficile qu’il n’y paraît, puisque l’arabe a aussi des longues voyelles, c’est-à-dire, des voyelles qu’il faut étirer et accentuer à l’oral. Il est souvent possible de repérer les longues voyelles par le contexte, puisqu’elles sont indiquées (par d’autres consonnes, évidemment!). On peut aussi tourner cette problématique à notre avantage : l’absence d’indications des voyelles nous force à apprendre les racines, leurs règles de manipulation et la grammaire de l’arabe!

Raison 5 : « L’arabe a des sons beaucoup trop éloignés du français! »

C’est probablement la plus grande difficulté de l’arabe pour un francophone. Pour une oreille inexpérimentée, distinguer « ح » de « ه » (un hhh emphatique et long d’un court h), « غ » de « ر » et « خ » (un r comme dans ‘retour’, un rrr roulé, et un krrr comme un tigre qui grogne, plus ou moins), sont des défis significatifs. De plus, certaines lettres comme « ع » (un crissement de gorge profonde) et « ق » (un puissant coup de glotte) sont peut-être faciles à reconnaître, mais pas à performer! Au moins, l’ASM (je ne sais pas pour les autres) s’écrit souvent comme il se prononce, donc les efforts passés à reconnaître ses sons sont chèrement récompensés.

En fin de compte, l’arabe (l’ASM, je devrais dire) est, comme toute langue, bien difficile à apprendre, mais pour des raisons qui lui sont propre – une mention spéciale à sa sonorité. Mais c’est aussi ses difficultés qui en font sa richesse : rien n’égale le plaisir d’hurler en groupe « الدجاج » à répétition et de voir sourire son professeur d’ASM contemplant ses 20 étudiants scandant, sans le savoir, ‘le poulet’!

Texte de Gabriel

Publicités

2 réflexions sur “Un Québécois apprend l’arabe

  1. Est-ce que ça t’agace de savoir que l’arabe que tu apprends en ce moment (ASM) avec tant d’efforts, ne te sera pas vraiment utile une fois plongé dans les dialectes tunisiens?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s