L’arrivée de Projet T en Tunisie

Pour ceux qui avaient hâte d’avoir de nos nouvelles; pour ceux qui se demandaient où nous étions passés; et pour ceux qui doutaient tout simplement que nous irions un jour en Tunisie; voici notre premier billet en direct de Tunis!

Faisons marche arrière. Les membres de Projet T sont arrivés à l’aéroport de Montréal le 19 janvier dernier vers 12:00. Leur destination : Bruxelles. Pourquoi? D’abord, parce que s’arrêter par l’Europe coûte moins cher que de voler directement à Tunis. Ensuite, parce qu’un des membres de Projet T a déjà vécu brièvement dans cette ville: ses contacts, sa connaissance de la ville et ses envolées lyriques sur la bière belge ont été des arguments très convaincants pour faire une escale là-bas. Finalement, parce que notre semaine en Belgique nous a permis de préparer notre arrivée à Tunis, ce que nos horaires ne nous permettait pas à Montréal.

Nous sommes arrivés à Tunis une semaine plus tard, découvrant avec horreur que nos pantalons et nos chandails de laine n’étaient pas de trop, alors que nos lunettes soleil l’étaient sûrement! Ajoutez à cela le fait que les maisons tunisiennes sont probablement construites de manière à conserver la fraîcheur à l’intérieur et vous avez une petite idée du défi colossal que pose la nécessité de sortir de son lit le matin pour aller prendre une douche. Ce froid – d’ailleurs les membres de Projet T portent déjà la tuque – et cette pluie semblent tomber sur le moral de tous, y compris Tunis, qui, nous le sentons, garde jalousement ses plus beaux attraits pour les printemps.

Nous avons passé quelques jours chez Sana et Omar, des hôtes formidables qui vivent dans la banlieue nord. On y restait pour nous familiariser avec la ville, mais surtout pour dormir sous un toit le temps de trouver un appartement. Chose maintenant faite : nous habitons le toit d’un appartement dans Bardo, un quartier rempli d’étudiants. Nous l’avons d’ailleurs constaté rapidement lorsqu’une étudiante nous a gentiment demandé si nous étions perdus alors que nous errions sur le campus d’une résidence pour filles seulement. Nous sommes ainsi en plein processus d’emménagement dans notre nouvelle demeure.

Après la météo, une autre surprise : la barrière linguistique. Nous croyions, avant de partir, que nous pourrions converser aisément en français avec un tunisien arrêté au hasard sur la rue. Or, après quelques jours ici, force est de constater que ce n’est pas le cas : nous pouvons la plupart du temps obtenir des informations sur le chemin ou le train à prendre, ou encore sur combien coûtent nos achats; mais cela doit souvent se faire avec de grands gestes, en mêlant français et les quelques mots tunisiens que nous connaissons. L’auteur de ces lignes, qui apprend l’arabe moderne standard depuis quelques temps, ne comprend pas grand-chose à ce que lui racontent les tunisiens (en partie par son manque d’expérience); et ceux-ci semblent à la fois perplexes et amusés lorsqu’il leur demande où se trouve l’avenue Paris « ? اين هو الشارع باريس» (Ayna houwa ash-ary’a Paris?), car ici, on dit « ? فين» (Fyn)  et non pas « ? اين» (Ayna) pour « Où » – je promets un billet sur les différences entre l’arabe standard moderne et le tunisien. Nos conversations, si elles sont possibles, ne peuvent aller, pour le moment, au-delà de ces interactions mondaines. Heureusement, plusieurs tunisiens se prêtent au jeu et nous pouvons pratiquer notre tunisien et notre arabe standard moderne et leur français à tous les jours.

Nous avons aussi été surpris de n’avoir vu aucun étranger jusqu’à maintenant. Si ce n’était de notre propriétaire qui nous affirme qu’un de nos voisins d’en bas est palestinien, nous penserions sérieusement être les seuls étrangers ici (il faut souligner toutefois que nous sommes bien loin de la saison touristique). Ce statut d’étranger, qui nous semble exclusif, vient avec des ennuis – évidemment, nous nous sommes faits complètement rouler par notre premier chauffeur de taxi et un homme qui avait l’air très gentil nous a mené dans un recoin obscur de la médina en prétendant jouer le guide touristique – mais aussi des avantages – le souci spontané de plusieurs Tunisiens que nous ne soyons pas perdus; l’immense générosité de nos hôtes et leurs précieux conseils pour notre projet; les discussions comiques avec Maher, notre vendeur de cellulaires, qui appelle Laurent « Zlatan » parce qu’il est grand et qui veut jouer dans notre film, car il est le « Al Pacino tunisien »; l’extrême gentillesse et le souci de nos propriétaires afin que nous nous sentions à l’aise à l’appartement et dans le quartier (Tarek, notre proprio, a tenu à faire nos premières courses avec nous « pour que les gens du quartier sachent que vous êtes aSdiqAty (mes amis)) ».

Ajuster ses conceptions aux inévitables surprises d’une arrivée; tranquillement s’installer dans le quotidien d’un nouveau pays; et avoir une foule de nouvelles idées, d’inspiration et d’entrain pour le documentaire; voilà un peu où en est Projet T pour l’instant.

Texte de Gabriel

Photos time! ou quelques prises de vue à partir de l’appart

IMG_1219

IMG_1238

IMG_1244

Publicités

4 réflexions sur “L’arrivée de Projet T en Tunisie

  1. Messieurs, c’est un réel plaisir de vous lire ! Si vous tenez ce blog à jour, vous pouvez être certains que je serai le premier à suivre votre aventure. Merci de partager vos expériences, et portez-vous bien !

    1. Allo mon petit chou, avoir su, je t’aurais offert de la laine Merino pour Noel. Merci de nous faire partager votre quotidien….j ‘ai tellement de plaisir a t’imaginer dans ce nouvel envoronnement. Bisous, ta vieille tante.

  2. Choukrane aSdiqAty! Je savais que Tunis ne serait pas chaude pour les garlos non plus à ce temps-ci. Partagez votre inspiration pour le documentaire aussi!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s